Guide

Viande in vitro: une alternative pour le futur?

La demande incontrôlable de produits carnés est en hausse, une situation qui rend le modèle d’élevage actuel insoutenable. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: de 1950 à aujourd’hui, la consommation mondiale de viande a quintuplé. Sur les 45 millions consommés au milieu du siècle dernier, nous en avons atteint près de 300 aujourd’hui et nous pourrions atteindre 600 en 2050. Des données qui mettent en garde contre la situation et exigent des propositions alternatives qui couvrent l’appétit de la population carnivore insatiable.

Cette situation a poussé la science à rechercher de nouvelles options, comme la viande in vitro, créée en laboratoire à partir de cellules musculaires animales. Il Le scientifique néerlandais Mark Post pionnier dans ce domaine en créant, en 2013, le premier burger de laboratoire. Plus précisément, à l’Université de Maastricht, à partir de cellules souches vaccinales. Ce hamburger artificiel est devenu le plus cher du monde, avec un coût de 250 000 dollars (environ 225 000 euros).

De là, ils ont continué à expérimenter et à améliorer les processus de production de viande de culture, dont la texture et la saveur sont déjà similaires à celles de la viande naturelle. Une percée qui montre que de véritables alternatives peuvent être produites sans qu’il soit nécessaire de sacrifier des animaux. Une possibilité particulièrement intéressante pour les végétaliens et les végétariens. « Avec cette technique, un seul porc offrira la même quantité de produit en 5 ans que l’abattage de 2 000 animaux », déclare Mercedes Vila, cofondatrice de Aliments biotechnologiques, une entreprise basque leader du secteur et une référence dans notre pays. Les experts prévoient également qu’à l’avenir, nous passerons de 120 jours pour élever un porc à seulement 5 jours, grâce au fait que la division cellulaire est exponentielle.

Cette viande créée avec l’ingénierie tissulaire est également un moyen intéressant de consommation plus durable, puisqu’elle permet une réduction des gaz à effet de serre jusqu’à 96%.

Avantages et inconvénients de la viande de culture

Dès le départ, ces procédés sont bien plus attractifs que a priori on peut imaginer. Son apparence et son goût sont très similaires à ceux de tout produit de viande traditionnel.

Connu sous le nom de viande propre ou viande propre Aux États-Unis, cet aliment contient les mêmes nutriments que les aliments conventionnels d’un point de vue protéique. Un autre avantage de la viande in vitro est le absence de produits chimiques et d’antibiotiques, substances généralement présentes dans la viande traditionnelle. Il ne contient pas non plus de gras ou son niveau est presque nul, c’est donc une excellente option pour les athlètes, qui pourraient remplacer – ou compléter – des boissons protéinées et des pilules par cette viande alternative.

Le processus de fabrication est entièrement naturel et repose sur la médecine régénérative. Il consiste à nourrir les cellules souches des muscles des animaux afin qu’ils se développent. Ceux qui le fabriquent assurent qu’il est viande saine, naturelle et sûre, qui ne vise pas à remplacer le conventionnel, mais à être une alternative durable qui satisfait la demande imparable de viande.

Une vingtaine d’entreprises

Cette viande cultivée en laboratoire offre les mêmes types de viande à l’ancienne, des hamburgers aux boulettes de viande en passant par les saucisses et les pépites. La Commencez Donostiarra Biotech Foods, créée en février 2017, a développé une technologie basée sur la prolifération in vitro de cellules animales produit propre à la consommation de tissu musculaire de porc, de bœuf ou de volaille. Ses produits peuvent être achetés dans les supermarchés, de manière prévisible, à partir de 2021.

En plus du basque, il existe une vingtaine d’entreprises dédiées à la viande in vitro et d’autres qui se sont engagées dans des expériences similaires à la consommation de viande, mais uniquement avec des protéines végétales. C’est le cas de Au-delà de la viande, que fais-tu substituts de viande avec protéines végétales, ou Aliments impossibles, une entreprise américaine qui vend hamburgers végétariens à base de protéines végétales, qui sont même servis dans les restaurants. En effet, il y a quelques semaines, elle a lancé, avec Burger King, un projet pilote de burgers à base de légumes et d’hème, une protéine de soja au goût égal à celui du bœuf.

Même le poisson a une niche sur ce marché. La société américaine Aliments sans palme usine steaks de thon avec la même valeur nutritive que le vrai poisson, mais de manière durable, sans le capturer de la mer.

Le prix est l’un des facteurs qui joue contre ce type de produit, car il est plus cher à fabriquer. L’intention de ceux qui veulent en faire un produit de consommation commun est qu’il coûte le même prix que la viande que nous pouvons acheter dans n’importe quelle boucherie, ce qui sera possible lorsqu’elle sera produite à plus grande échelle.